Émission Sentimentale

Qu’est-ce qu’une émission sentimentale dans l’environnement?


De nombreux organismes offrent des émissions sentimentales (p. ex., des ballons, des papillons, des lanternes, etc.) afin de vous aider à célébrer une occasion spéciale ou à commémorer un être cher qui est décédé. Ces émissions suscitent de nombreuses préoccupations pour l’environnement et la santé humaine. Cela dit, nous les remplaçons de plus en plus avec d’autres méthodes moins dangereuses. Veuillez envisager les solutions de rechange ci-dessous.


Solutions de rechange sans danger, sensibles et respectueuses de l’environnement


La liste qui suit cherche simplement à offrir des idées aux organisateurs d’activités. Il existe de nombreuses autres manières de célébrer une occasion. Si vous avez une bonne idée que nous pourrions inclure dans cette liste, veuillez l’acheminer par courriel à Jennifer.babin@grandsudbury.ca.

 

  • Souffler des bulles dans la direction du vent.
  • Les émissions sur l’eau (bateaux, canards en caoutchouc, lanternes) : Les organisateurs doivent s’assurer qu’aucune rivière, zone humide ou canalisation d’eaux pluviales ne soit obstruée par les émissions. Les organisateurs sont responsables de recueillir TOUTES les émissions à la fin de l’activité.
  • Les machines qui forment la mousse peuvent émettre des papillons en mousse et d’autres formes dans le ciel.
  • Les émissions de fleurs, de pétales ou de feuilles dans une rivière : Lorsque ces pétales descendent le cours d’eau, ils vous offrent un moyen émouvant de lâcher prise. Les organisateurs doivent s’assurer que les pétales ou les feuilles proviennent de plantes et de fleurs sauvages indigènes, et non d’une espèce envahissante.
  • Créer une ligne de cailloux, de bâtonnets ou d’autre matériel naturel afin de souligner le nom d’un être cher.
  • Rédiger le nom d’un être cher dans le sable.
  • Planter des bulbes. Les organisateurs doivent s’assurer d’obtenir l’autorisation du propriétaire foncier et de dresser une liste des espèces approuvées, évitant toute espèce envahissante.
  • Planter un arbre. Les organisateurs doivent s’assurer d’obtenir l’autorisation du propriétaire foncier et de dresser une liste des espèces approuvées.
  • Faire planter un arbre commémoratif par l’entremise du programme « Un cadeau qui croît » de la Ville du Grand Sudbury. En faisant planter un arbre dans la Forêt commémorative Tom Davies, qui est située dans l’Aire de conservation du lac Laurentien, vous pouvez participer avec fierté à l'amélioration de l'environnement naturel du Grand Sudbury. Pour obtenir des renseignements additionnels, veuillez composer le 705 674-4455, poste 4605.
  • Jeter des bombes de fleurs sauvages. Il s’agit d’un mélange de semences et de terre, qui crée une bombe en vue de multiplier la vie et les couleurs dans les années à venir. Les organisateurs doivent s’assurer que les semences proviennent d’espèces indigènes, et non d’espèces envahissantes.
  • Rédiger ses meilleurs souvenirs à la craie. Les organisateurs doivent s’assurer que l’emplacement choisi ne crée aucune distraction pour les automobilistes.
  • À noter : Il se peut que nous transférions quelques méthodes de cette liste de solutions de rechange à la liste des « émissions non recommandées » si les recherches effectuées sur les effets à long terme de celles-ci l’imposent.

Émissions non recommandées

 

  • Ballons : Les ballons gonflés à l’hélium se dégonflent et deviennent des déchets dans notre milieu naturel et dans les régions urbaines. Ils peuvent poser un risque à la fois pour la faune, les animaux de compagnie et le bétail, particulièrement les nœuds et les ficelles puisqu’il leur faut plus de temps pour se décomposer et qu’ils risquent d’étouffer et d’enchevêtrer les animaux. Il faut communiquer avec les services de contrôle aérien avant de laisser partir des ballons dans le ciel.
  • Papillons : Bien que la Ville du Grand Sudbury offre un programme d’élevage de papillons aux écoles locales, ce programme vise à éduquer les élèves sur la biodiversité, sur les cycles de la vie et sur l’intendance environnementale. Les organisateurs qui désirent libérer des papillons doivent s’assurer que les papillons sont d’une espèce indigène et d’une variation génétique de souche sauvage originaire de l’Ontario.
  • Poissons : La libération de poissons dans le Grand Sudbury est limitée et contrôlée de près. Les organisateurs peuvent communiquer avec des groupes locaux afin de s’allier à une libération sanctionnée de poissons.
  • Colombes : La libération de colombes et d’autres animaux vertébrés vivants suscitent quelques préoccupations sur les plans du bien-être des animaux et de l’introduction d’espèces envahissantes. Toute libération de colombes doit se faire par l’entremise d’un service professionnel qui fait appel à des oiseaux dressés.

Émissions illicites

  • Lanternes célestes / aériennes : Ces lanternes de papier ont un squelette de fils de fer qui peut attirer les animaux tout en les menaçant. Une fois que le papier se décompose, il ne reste que des déchets. La flamme nue dans le corps de papier pose un grave risque d’incendie et, à ce titre, le Bureau du commissaire des incendies de l’Ontario et le Conseil canadien de la sécurité ont publié des avertissements pour ces produits dès 2009. En raison de leur trajectoire de vol non contrôlée, ces lanternes peuvent atterrir sur un toit, dans un arbre ou sur du matériel combustible alors que la flamme brûle encore ou que la lanterne est encore chaude. Conformément aux conseils du Bureau du commissaire des incendies de l’Ontario et du Code de prévention des incendies de l’Ontario, il est interdit de laisser partir des lanternes célestes ou aériennes dans le Grand Sudbury.