État de la ville 2021

etat de la ville- graphique

État de la ville 2021 (pdf 416 ko)

Seul le discours pronounce fait foi, le 22 septembre 2021
 

Good afternoon everyone. Bonjour, Aanii, Boozhoo.  

Suivant en cela la tradition, je reconnais que nous sommes sur les terres faisant l’objet du traité Robinson-Huron. Nous partageons ces terres avec la Première Nation anichinabée Atikameksheng et la Première Nation de Wahnapitae ainsi qu’avec les Métis.         

Je suis le maire Brian Bigger et je vous remercie de présence. Je remercie la Chambre de commerce du Grand Sudbury, Debbi Nicholson ainsi que son personnel dévoué et professionnel, de même que le commanditaire de la catégorie Or, le Canadien National, et les commanditaires de la catégorie Argent, l’École de médecine du Nord de l’Ontario et The Sudbury Star.

Le message que je transmettrai est important, non seulement pour le milieu des affaires et la communauté professionnelle, mais pour l’ensemble des résidentes et des résidents du Grand Sudbury.

Je remercie les organisatrices et les commanditaires de cette occasion. Je remercie ma femme Lori, qui a été à mes côtés à chaque étape lors de deux élections et en faisant partie de ma vie quotidienne. 

Les résultats électoraux de 2021 ont établi un nouveau paysage sur la scène fédérale.

Au fil des ans, nous avons tissé une relation remarquablement positive et très précieuse avec les députés Marc Serré et Paul Lefebvre. Maintenant, nous souhaitons bonne chance aux personnes qui représenteront Nickel Belt et Sudbury.

Les gens qui se sont présentés lors des élections fédérales ont fait leur devoir civique. Au premier ministre : félicitations!

Saluons l’engagement de Paul Lefebvre envers notre ville et notre pays.

Les années 2020 et 2021 ont été marquées par le doute, des préoccupations et bien des émotions.

Qui aurait crû que l’on parlerait encore de la COVID-19 en septembre 2021? Ne croyait-on pas que c’était éphémère, temporaire, que cela ne durerait que quelques semaines, peut-être un mois ou deux?

D’abord une première vague, puis maintenant une quatrième. Nous poursuivons notre collaboration avec tous nos partenaires en communiquant de façon commune pour fournir les renseignements les plus exacts et les plus uniformes possible. 

Nous sommes chanceux que le taux de vaccination de notre communauté soit tellement élevé. Bien sûr, personne n’est entièrement en sécurité jusqu’à ce que tous le soient. Il faut que les gens qui ne sont pas encore entièrement vaccinés contre la COVID-19 le soient le plus rapidement possible. Passons de 85 % à 90 %.   

En raison du nombre de cas actifs et des variants émergents, nous ne savons pas vraiment quelle sera la suite. Bien des gens ont été malades et ont dû compter sur les soins de survie d’HSN ou souffrent des effets du syndrome post-COVID-19.

Cette pandémie mondiale a eu des répercussions sur tant de gens. D’abord, les personnes qui ont contracté le virus, puis les familles et les proches qui n’ont pu être présents auprès de membres âgés de la famille, de même que les personnes âgées elles-mêmes qui ont connu l’isolement et la peur. Pensons aussi aux jeunes adultes qui ont perdu des années d’études et leur lancée. Que dire des adolescentes et des adolescents ainsi que des jeunes de notre communauté qui n’ont pas profité des valeurs que procurent les rassemblements à l’école, dans un cadre sportif et des rencontres sociales? Il faut reconnaître que cela a eu de grandes répercussions sur la santé mentale.  

Si vous avez vécu la perte d’amis ou de membres de la famille dans notre communauté ou à l’échelle planétaire, prenons quelques instants pour nous les remémorer, réfléchir et nous en souvenir.  

Mes propres parents sont de retour à Sudbury. Je fais ce que je peux pour les appuyer chez eux. Mon père a 90 ans. J’ai volontairement réduit mes contacts pour éviter toute exposition possible. J’ai travaillé à domicile lorsque c’était possible. Je sais que tous ne peuvent pas le faire. Le personnel hospitalier, des services policiers et des services médicaux d’urgence, même les conductrices et les conducteurs d’autobus, tous sont aux premières lignes. Je leur en suis reconnaissant.   

Remercions l’ensemble des travailleuses et des travailleurs essentiels dans le secteur du détail, des services alimentaires, des pharmacies et des épiceries. À toutes ses personnes, nous disons : merci!

Je rend hommage au travail de la Dre Penny Sutcliffe et de son équipe à Santé publique Sudbury et districts, de Dominic Giroux et de son équipe à HSN, ainsi qu’à celui de notre personnel dévoué à la Ville du Grand Sudbury, particulièrement Ed Archer, qui continue à déterminer ce qui est important et les étapes nécessaires pour atteindre nos objectifs. Merci à Paul Pederson de ses efforts pour faire face aux demandes nettement accrues relativement à ses ressources. Enfin, je remercie les citoyennes et les citoyens du Grand Sudbury de leur contribution à protéger les autres.   

Nos premières rencontres ont eu lieu en février 2020. Bien avant l’apparition des premiers cas dans notre collectivité, nous avons convenu qu’il était important qu’il y ait un porte-parole principal et une seule grande source d’information. HSN a fourni les solutions concernant les tests, qui étaient si importantes au début. Les vaccins devenant disponibles, les cliniques de vaccination de masse aux arénas Carmichael, Centennial et Dr Edgar Leclair ainsi qu’au complexe sportif Gerry McCrory ont été très efficaces. Santé publique Sudbury et districts a géré les aspects cliniques tandis que la Ville s’est occupé de la logistique. Les visites communautaires, les cliniques éphémères de vaccination et l’utilisation des véhicules de GOVA Transit ont permis au personnel dévoué des soins de santé d’être présent dans les parcs de stationnement des centres commerciaux, les épiceries, les parcs municipaux et à divers endroits dans toute la municipalité. Nous avons cherché des façons faciles de surmonter les hésitations, nous avons transmis des renseignements et nous avons invité les résidents à faire leur part pour atteindre nos objectifs et nos cibles de vaccination.

Dès le début, nous nous sommes aussi mis d’accord sur un mode et un moyen d’intervention préventif par rapport à la COVID-19. Les personnes les plus vulnérables dans les soins de longue durée ont passé des tests de dépistage et les cas asymptomatiques ont été identifiés avant que la province l’indique.     

Et les services quotidiens durant la pandémie? Poursuivre la prestation des services municipaux était important. Même durant toute cette période, il était possible d’obtenir un certificat de mariage. GOVA Transit a poursuivi ses activités en prenant des précautions, et ce, même si le nombre d’usagers a grandement diminué. Nous sommes passés de façon proactive à des niveaux de service temporaires dans toute l’organisation, nous avons géré avec succès durant la pandémie, malgré des répercussions négatives sur les revenus et les coûts de la municipalité se chiffrant à plus de 20 millions de dollars.  

Aujourd’hui, notre ville demeure un chef de file industriel, une plaque tournante du secteur minier, de l’approvisionnement et des services miniers, de la fabrication, de l’éducation, des soins de santé, de l’innovation de même que pour la jeunesse, pour les gens qui vivent des difficultés et pour les nombreuses personnes dans le besoin.   

La COVID-19 a mis en lumière des faiblesses sur le plan du soutien fédéral et provincial pour les gens devant faire face à l’itinérance, aux dépendances et à des problèmes de santé mentale. Ce furent des enjeux complexes puisque les gens se trouvaient soudainement plus isolés, tandis que les exigences en matière de distanciation ont réduit la capacité des fournisseurs de services existants.

Nous avons tous vu le nombre croissant de croix à l’angle de Paris et de Brady. Malgré tous les efforts, les morts par consommation d’opioïdes ont doublé depuis l’an dernier. Cette crise touche l’ensemble des individus, des familles et de la communauté. L’initiative Crosses for Change est actuellement un mémorial à son emplacement temporaire. Cette tragédie n’a pas lieu qu’ici, mais également dans d’autres villes d’un océan aux autres.

Le Conseil municipal se concentre largement sur ce problème croissant et ses répercussions.

Que doit-on faire au sujet des drogues, des dépendances et des drogues de rue spécifiquement frelatées? Nous demandons des avis d’expert.  

Nous avons de bonnes ressources ici, mais elles sont insuffisantes. Nous avons demandé au gouvernement provincial de nous fournir des fonds additionnels, un financement continu ainsi que du financement de projet.

Cet été, j’ai rencontré plusieurs fois le ministre associé délégué à la Santé mentale et à la Lutte contre les dépendances, Michael Tibollo, afin de trouver des solutions et du financement.

Un site de consommation supervisée fait-il partie de la solution à cette situation?

Ce qu’il faut, c’est un emplacement déterminé, du personnel formé et du financement pour que notre collectivité puisse offrir des services de soutien. Le Conseil municipal en a proposé un, ainsi qu’un financement préautorisé des immobilisations et de fonctionnement, en prévision d’un soutien opérationnel de la province. Santé publique Sudbury et districts a présenté des demandes d’autorisation au gouvernement fédéral et de financement provincial.

Un appui clinique transitoire dans les cas les plus aigus de dépendance fait-il partie de la solution?

Le Conseil municipal a proposé un emplacement. Il est bien zoné et entièrement viabilisé. En outre, le Conseil a aussi préautorisé des fonds pour les immobilisations et un financement de fonctionnement. Enfin, il prévoit l’obtention d’une aide pour les immobilisations par l’entremise de fonds de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, un organisme fédéral. Le personnel municipal a présenté une demande afin d’obtenir le financement provincial nécessaire et un tel site sera géré par HSN.

L’itinérance est aussi devenue un important défi. Le Conseil municipal a adopté des mesures pour s’y attaquer. Dans la ville, on trouve un centre chauffé pour l’hiver et un centre climatisé pour l’été. Nous avons offert des centres d’hébergement et des lits. Nous avons même obtenu l’accès à des chambres d’hôtel pour répondre à des besoins croissants. L’offre est toujours disponible. Un toit et des installations sont toujours de bons éléments afin d’obtenir un soutien nécessaire et l’aide de programmes.  

Malgré les défis, en raison de la pandémie, il y a encore bien du travail à faire à l’Hôtel de Ville. Dans l’ensemble, le Conseil s’est aussi concentré à simplifier l’expérience citoyenne, à s’orienter plus facilement, de façon plus efficace, et à bien faire les choses.

Certaines de ces démarches se font par le déploiement de technologies.

Savez-vous que vous pouvez maintenant prendre une photo d’un objet qui vous préoccupe (par exemple un nid-de-poule) avec votre cellulaire et l’envoyer au 311? En tant que citoyen, vous pouvez créer un bon de travail et même voir l’évolution du dossier jusqu’à sa conclusion. Envoyez-nous ce qui vous préoccupe et nous ferons enquête. Vous pouvez aussi utiliser la fonctionnalité de clavardage en direct pour discuter avec le personnel au 311 afin d’obtenir des réponses et des solutions.

Le personnel municipal est là pour vous répondre rapidement et de façon courtoise; il vous écoutera et prendra des mesures par rapport à votre motif de préoccupation, peu importe où se trouve son bureau. Le nouveau format de service est actuellement en construction au rez-de-chaussée de la Place Tom Davies. C’est ce que les résidentes et les résidents voulaient, mais c’est aussi l’expression d’une nouvelle façon de garantir l’accessibilité.

La Ville du Grand Sudbury peut compter sur une équipe soudée. Les conseillères et les conseillers de même que le personnel municipal travaillent ensemble et fort à fournir tant de services. Nous sommes fiers de passer à l’action maintenant tout en planifiant l’avenir.

Nous sommes présents dans 58 secteurs d’activité, mais j’ai peu de temps pour en parler. Des loisirs aux services sociaux, de l’ingénierie à l’urbanisme et aux services d’urgence, c’est une liste diversifiée.

Certains d’entre vous sont au courant de la nécessité croissante pour les municipalités d’en faire plus en raison des circonstances changeantes tandis que d’autres y réfléchissent. La réalité nous rattrape quand on pense aux services de base que sont les déchets, les services médicaux d’urgence, les routes, les parcs, les bibliothèques, l’eau, etc., mais d’autres ne sont pas visibles ou ne sont pas en place jusqu’à ce qu’on en ait besoin.  

Le mois dernier, par exemple, nous nous sommes penchés sur l’entretien hivernal des trottoirs. Grâce à des plans améliorés, à des circuits bien pensés et systématiques, on pourra faire le travail plus rapidement et plus efficacement. Nous avons même un nouvel appareil permettant de venir à bout des trottoirs glacés.

À titre de dirigeant du Conseil municipal, j’ai aussi lu des proclamations et hissé des drapeaux pour des organismes. Parmi les beaux gestes soulignés dans notre communauté ce mois-ci, mentionnons la cause de la dystrophie musculaire et bientôt, la Journée internationale des personnes âgées.

Désormais, le 30 septembre sera aussi observé chez nous afin de reconnaître l’histoire des Premiers Peuples et les horreurs qu’ils ont vécues. La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation constitue une occasion de commémorer les tragédies et les séquelles des pensionnats autochtones ainsi que de rendre hommage aux survivantes et aux survivants, aux familles et aux communautés.

De beaux gestes sont faits dans notre communauté et il est important qu’on le sache. J’ai récemment visité Coniston, où j’ai vu des jardins communautaires, la serre, l’aire de jets d’eau et des voies piétonnes embellies. J’ai marché à Lively et emprunté des tronçons des sentiers Rainbow Routes qui font partie du Sentier transcanadien. Dans mon vélomobile (un vélo à position allongée dans une coquille), je suis parti de chez moi et j’ai fait le tour du centre-ville. J’aime bien voir les choses de mes propres yeux.

Je vois une chose : un réinvestissement soutenu dans les anciennes cités et villes et dans nos principaux quartiers. La voie piétonne au bord de l’eau à Capreol est certainement une belle nouveauté. Pensons à l’aménagement du sentier du ruisseau Whitson à Chelmsford. J’ai d’ailleurs planté des arbres le long du sentier. Quant au réaménagement de la piste Delki Dozzi et à l’amélioration de son éclairage ainsi qu’aux sentiers du parc Fielding à Lively, ce sont deux projets majeurs. Une piscine thérapeutique à Azilda et de nouvelles installations de loisirs à Lively sont également prévues.

Merci à l’équipe de reverdissement de cette année d’avoir planté plus de 70 000 arbres et arbustes, étendu de la chaux sur plus de 4 ha, récolté et transplanté des milliers de couvertures mortes et couvertures végétales de lichen. Ce fut un effort environnemental gratifiant marqué par de nouvelles amitiés et de merveilleux souvenirs. Ce processus date de bien des décennies. Cette transition remarquable s’est exprimée le plus visiblement dans la restauration de notre paysage. Notre ville est maintenant bien boisée et nous continuerons à planter des arbres pendant de nombreuses années.    

Des améliorations ont lieu partout. Le transport actif étant au centre des préoccupations du Conseil, il est maintenant possible de faire du vélo de façon sécuritaire le long de l’avenue Notre Dame jusqu’aux Quatre-Coins. Il y a maintenant des trottoirs le long des côtés nord et sud du Kingsway. Nous allons sans cesse dans la bonne direction. Récemment, le gouvernement fédéral annonçait son appui à la rénovation et à la réhabilitation de l’un des éléments les plus appréciés de la qualité de vie sudburoise. Cet investissement dans la promenade du parc Bell en simplifiera l’accès et l’améliorera au profit des marcheurs, des promeneurs, des personnes âgées et de tout le monde. À tout moment, le matin, en après-midi et en soirée, des centaines de personnes, d’individus, de familles et de touristes profitent d’une marche vigoureuse ou s’assoient sur un banc pour admirer le lever ou le coucher du soleil.

Au cours des dernières années, nous avons installé des aires de jets d’eau d’Onaping à Capreol et rénové les terrains de jeux dans toute la municipalité. D’autres projets en cours permettront de revitaliser 14 terrains extérieurs de tennis et de basketball. Certains seront convertis à d’autres fins récréatives comme le pickleball et la planche à roulettes.

Nos vastes parcs sont assurément un atout. Tout autour de nous, dans toutes les directions, il y a des lacs et des paysages. Le parc Kivi a grandement contribué à la santé et au bien-être de notre communauté. C’est véritablement un joyau pour tous, qu’importe la saison.

Chaque semaine, nous entendons parler de préoccupations sur les espaces verts et la préservation ce que nous tenons souvent pour acquis. En tant que conseil municipal, nous comprenons l’importance qu’ont pour notre communauté les sentiers pédestres et de ski de fond de la Laurentienne. Nous allons plaider pour leur conservation et l’investissement dans des installations sportives et servant à un mode de vie.

Soyez assurés que nous sommes également préoccupés par la Laurentienne, les anciennes universités fédérées, le personnel enseignant, les étudiantes, les étudiants, les parents et l’avenir de l’éducation postsecondaire à Sudbury. Il est grandement important de ramener les précieuses recherches et de rehausser le prestige que notre collectivité a perdu. Nous méritons l’expérience universitaire la plus stimulante possible. J’appuie l’éducation en français et l’apprentissage autochtone.

La Laurentienne a été un important employeur mais surtout, un chef de file et un bâtisseur de rêves et d’avenir, le fruit de décennies de croissance et de leadership dans notre communauté. Nous ne pouvons pas perdre cela. 

En compagnie des collèges Boréal et Cambrian, la Laurentienne est un établissement clé qui attire des talents et des compétences du monde entier. Du travail stimulant l’innovation et l’inspiration. Les messages que j’entends des chefs d'entreprise m’encouragent. Le discours de Peter Xavier la semaine dernière traitait de l’engagement de Gencore à réaliser la transition du diesel aux véhicules électriques à batterie. Pensons aussi au nouveau contrat de cinq ans chez Vale ainsi qu’à son déploiement continu d’une ventilation intelligente. Nos trois établissements postsecondaires appuient l’exploration dans ces domaines.  

La Laurentienne a été un contributeur essentiel à plus que le transfert et l’acquisition de connaissances. On y fait aussi de la recherche sur les résidus miniers et les dangers associés à la fatigue des travailleurs.

Nous appuyons activement l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO) et le recrutement de médecins. Les deux sont essentiels pour le Nord. En outre, félicitations à l’EMNO qui est maintenant un établissement indépendant.

Tout ce que nous faisons n’est pas apparent ou visible. On n’en entend pas toujours parler dans les nouvelles. Certains ont peut-être déjà oublié que nous avons aidé des évacués. Ces personnes évacuées en raison des inondations dans le Nord étaient source de préoccupation l’an dernier. Cette année, près de 500 d’entre elles ont trouvé refuge à Sudbury pour échapper aux feux qui ravageaient le Nord-Ouest de la province. Je remercie Angela Recollet et son équipe au Shkagamik-Kwe Health Centre de leur leadership et de leur appui.

Nous avons fait des progrès relativement à des projets. Nous attendons avec impatience la croissance de notre secteur du divertissement et de l’accueil. Nous entendons bien des commentaires sur certaines prises de décisions et nous avons eu des objections semblables dans le cadre d’autres investissements.   

Par exemple, la promenade Maley étant maintenant réaménagée, les conductrices et les conducteurs constatent la valeur de ces travaux. Une bonne partie des coûts a été payée par les gouvernements fédéral et provincial. En raison de la COVID-19, la fenêtre permettant de procéder à son inauguration et de célébrer s’est refermée, mais le débit routier et l’utilisation de cette voie de circulation montrent l’importance actuelle du réseau de transport, pas seulement pour réduire la circulation routière et prolonger la durée de vie utile du boulevard Lasalle. Des études sur les avantages des carrefours giratoires ont démontré leur importance pour nos voies de circulation. Il est gratifiant que les conducteurs de Sudbury s’habituent aux avantages de ces carrefours et qu’ils plaident en leur faveur.   

Je connais aussi l’expression « si on ne peut le mesurer, on ne peut l’expliquer », mais bien des choses sont en fait des impressions. D’accord, nous mesurons d’autres éléments tels que la main-d’œuvre, les budgets, les projets et la réussite.

Voici certains éléments et chiffres le démontrant. Voir : les nids-de-poule.

Au total, en 2020, plus de 2 400 tonnes d’asphalte ont été appliquées, soit l’équivalent d’environ 60 000 nids-de-poule. Jusqu’à maintenant, en 2021, la Ville a mis 1 350 tonnes d’asphalte, ce qui permet de remplir environ 34 000 nids-de-poule. Il s’agit d’une importance réduction par rapport aux années précédentes. Nous nous rattrapons et nous faisons des progrès.    

Avec 3 600 km de voies, nous cherchons de nouvelles façons de faire, par exemple au moyen de nouvelles technologies. Ce mois-ci, le Conseil a approuvé des fonds additionnels pour l’achat d’un colmateur de nids-de-poule amélioré Python 5000 Plus, qui permettra non seulement de réparer la chaussée endommagée plus rapidement, mais aussi de façon à prolonger sa durée de vie utile. C’est économique et efficient.

Nous pouvons étudier d’autres options telles que le recyclage d’asphalte à chaud sur place pour lesquelles nous avons déjà payé. C’est mieux pour l’environnement et bien moins cher que les méthodes habituelles de resurfaçage des routes.

Il y a aussi l’option permettant de regarnir les canalisations sans creuser. Au lieu de les replacer – la méthode traditionnelle – cela permet de réduire les coûts pour faire le travail.    

Concernant 2021, voici ce que je peux dire au sujet de la réfection des routes. À ce jour, la Ville a lancé 29 appels d’offres d’une valeur de 68,4 millions de dollars. Dans certains cas, il s’agit de contrats pluriannuels.

L’asphaltage d’importants tronçons de route a été refait : passez par Ramsey, la mine Mine et Skead, prenez la direction de Capreol ou allez d’Onaping à Azilda. Pour ce qui est des améliorations apportées au revêtement de route, c’est une année exceptionnelle.

Par coïncidence, nous avons aussi remplacé tout l’éclairage de rue par des ampoules DEL. Cela permet d’économiser et montre notre volonté à suivre notre Plan communautaire en matière d’énergie et d’émissions du Grand Sudbury. Trouver de meilleures façons pour accomplir une tâche, quelle qu’elle soit, cela comprend l’adoption de nouvelles technologies et méthodes.  

Nous travaillons sans cesse à devenir plus efficients, efficaces, économiques, ainsi que meilleurs pour l’environnement. Il y a quelques années, nous avons entrepris le remplacement des compteurs d’eau dans toute la municipalité. Une fois terminés, ces changements aideront assurément à réduire la demande en eau traitée ainsi qu’à accroître la sophistication et le succès de méthodes servant à détecter les pertes dans tout le réseau. Dans le cas des fuites et de futures ruptures de canalisations, nous voulons adopter un comportement proactif et non réactif. Cela permet d’économiser de l’argent pendant de nombreuses années.

Oui, nous surveillons l’état de nos biens. Pas seulement celui des véhicules et des bâtiments, mais aussi l’état des canalisations d’eau et d’égout, des chaussées, des ponceaux, des systèmes d’eaux pluviales ayant un effet sur les bassins versants, ainsi que l’infrastructure, visible et invisible. En sachant quel est l’état des installations, leur durée de vie utile, voire les coûts de remplacement, cela nous aide à utiliser les biens de façon plus efficace. Nos outils et processus actuels de gestion des biens et de planification des immobilisations sont plus sophistiqués qu’ils ne l’étaient par le passé.    

Voici une autre lacune qui fait l’objet d’une attention renouvelée : la large bande! Ce ne sont pas tous les gens qui y ont accès. Les secteurs à priorité élevée au Grand Sudbury ont été identifiés et cartographiés par Blue Sky Net afin d’appuyer les propositions de financement. Nos partenaires des secteurs public et privé ont participé activement afin que des améliorations soient apportées dans les secteurs ruraux et insuffisamment desservis, et ils ont plaidé en ce sens. Un grand merci à FedNor pour son appui. Je suis heureux de constater les progrès et la collaboration concernant l’identification des obstacles, qu’il y a des fonds d’aide à la mise en œuvre et qu’un rapport sera présenté au Conseil cet automne.  

Maintenant, que dire de l’été 2021? Êtes-vous allé au restaurant? En collaboration avec Downtown Sudbury – et dans toute la municipalité – le programme de terrasses a permis aux entreprises de prospérer. Par l’entremise du secteur d’aménagement commercial, le processus a été simplifié, rendu plus efficace et mis en œuvre rapidement. Les repas à l’extérieur ont égayé la restauration dans toute la ville.

Je salue donc toutes les entreprises de la ville qui ont survécu, ont prospéré et se sont adaptées. Il y a une longue liste d’entrepreneures et d’entrepreneurs courageux qui ont ouvert les portes de leur commerce, qui ont procédé à une expansion ou qui ont lancé leur entreprise. Pensons à Salut Coffee Company (Kingsway), à Pizza Roma (Lasalle à l’angle de Lansing), à Little Guys Pizzza (Azilda) ou à Papaya Pops (Chelmsford). Ce ne sont là que quelques-unes de ces entreprises et uniquement dans un secteur d’activité. Quant au concessionnaire Laurentian Chrysler, il a déménagé à son nouvel emplacement sur Falconbridge cette année. Enfin, des institutions comme le centre de don de plasma ont fait connaître Sudbury. Notre ville encourage l’entrepreneuriat, la croissance des entreprises et leur diversité.

Il nous faut une ville et un centre-ville accueillants et sécuritaires. Je crois que nous avons besoin de rues principales dynamiques dans les anciennes cités, villes et dans nos voisinages.

Le Conseil a progressé vers une réduction des redevances d’aménagement le long de bien des corridors. C’est l’impulsion dont nous avons besoin. Nous devrions encourager la construction intercalaire là où l’aménagement est adjacent aux services existants. Le nombre de permis de construire augmente et d’année en année, l’activité de construction – résidentielle, commerciale, industrielle et institutionnelle – tend à croître. Le volume de revente résidentielle est aussi constamment à la hausse. Ce mois-ci, nous avons apporté d’importantes améliorations à notre Programme d’amélioration communautaire en augmentant les incitatifs.

En tant que municipalité, il a fallu modifier notre façon de faire des affaires afin que les grands projets puissent continuer d’avancer dans ce contexte changeant. L’activité de construction en 2020 en dit long de la résilience de notre communauté, de la confiance des investisseurs dans le marché local ainsi que de l’accent que nous mettons sur la vitalité et la croissance économiques. C’est très encourageant de voir ces chiffres solides qui demeurent en 2021.

En 2019, nous avions le plus faible taux de chômage des 3 dernières décennies. La trajectoire était positive. Puis la COVID-19 est arrivée et avec elle, ses répercussions. 

Sudbury a toujours survécu. Nous avons une main-d’oeuvre qualifiée et la bonne attitude. C’est positif. C’est la raison pour laquelle nous connaissons une croissance. Nous sommes toujours dans la course aux avantages que procurera le trésor possible que constitue le Cercle de feu. La confiance et l’enthousiasme à l’égard de Sudbury en tant que centre d’expertise et de technologie minières sont en plein essor.  

Les statistiques indiquent que la valeur d’ensemble des projets de construction s’élève à 322 millions de dollars cette année, une augmentation de 15,4 % par rapport à 2019. Au total, nous avons reçu 407 demandes d’aménagement en 2020.  

En 2020, le secteur de la construction de bâtiments résidentiels neufs a connu une importante hausse sur 12 mois, 436 logements ayant été construits pour une valeur d’ensemble de 107 millions de dollars.

Le Conseil a réduit les redevances d’aménagement des installations de soins de longue durée. Nous voyons maintenant que la construction du projet Extendicare du chemin Algonquin va bon train. Le secteur institutionnel a rebondi de façon marquée l’an dernier, en grande partie en raison de ce nouvel établissement de 256 lits, la valeur de construction s’élevant à 54 millions de dollars. Dans l’ensemble, en 2020, la valeur des permis de construire et de rénover était de 105 millions de dollars, une augmentation de 74,2 % comparativement à 2019.

De plus, les personnes âgées de Coniston auront une autre option où habiter. Un conseil précédent a fourni le terrain de cet ensemble de logements abordables et j’ai eu l’honneur d’être présent lors de l’inauguration de ce projet en préparation depuis des années. Le groupe BAWA a aussi amorcé les travaux du projet de résidence pour retraités de l’avenue Second. Ce sont là des étapes visant à répondre à la demande croissante de logements pour personnes âgées, pour la vie autonome, l’aide à la vie autonome et les soins de longue durée.

Du côté de la municipalité, le Conseil est le chef de file du projet de réinvestissement du Manoir des pionniers. Il s’agit d’un important capital de risque. Ce sera un endroit amélioré pour que les résidentes et les résidents s’y sentent chez soi.  

Maria Aprea vit au Manoir des pionniers dont elle est présidente du Conseil des résidents. « Les résidentes et les résidents du Manoir des pionniers ont hâte de voir le nouvel immeuble et sont fébriles puisqu’il y aura davantage de lumière et d’espace pour nous, dit-elle. Il y aura aussi plus d’occasions de se rassembler et de profiter d’activités variées. »

Les gens veulent rester ici, d’autres veulent y déménager et en faire leur chez-soi. Qu’il s’agisse de familles, d’individus, de diplômés de retour, de néo-Canadiens ou de jeunes professionnels, Sudbury constitue une destination attirante. 

Les efforts de la communauté francophone, des gouvernements fédéral et provincial ainsi que du Conseil ont mené à la construction de la Place des Arts à l’ouest. La Jonction Est abritera la nouvelle bibliothèque et galerie, le nouveau centre multiculturel et sera reliée au Sudbury Theatre Centre. Nous parlerons davantage de la Jonction Est au cours des prochains mois et nous solliciterons l’avis du public au sujet de sa conception.

En parlant de l’avis du public, un comité de résidentes et de résidents de Lively maintenant sur pied se penche sur les options en matière de services de loisirs dans cette communauté. C’était merveilleux de voir un si bel intérêt pour la question. Les bénévoles apportent une contribution essentielle au bien-être et aux décisions de la municipalité. Les citoyennes et les citoyens continuent d’avoir leur mot à dire dans l’évaluation des commodités ayant un effet sur les voisinages.  

La Ville a amorcé la promotion de Sudbury en tant qu’endroit où déménager. « Se renouveler » met en lumière une qualité de vie améliorée, l’accès à la nature et des déplacements plus courts qu’ailleurs. Cette campagne publicitaire cible les jeunes professionnelles et professionnels du grand Toronto. Le message principal, c’est que Sudbury est un excellent endroit où habiter. À la clé, on y montre que bon nombre d’entre nous peuvent bien travailler, même à distance, Sudbury étant ainsi un choix très attirant et moins cher pour les individus et les jeunes familles.   

Bien sûr, les commodités et la facilité d’accès sont des éléments essentiels. En mettant en relief la nature à nos portes et un mode de vie sain, il est évident que le Conseil et le personnel posent des gestes stratégiques.

Pensons par exemple à l’investissement dans le transport en commun.

L’investissement dans le transport en commun a permis de créer GOVA, soit bien plus qu’un changement de nom. Les trajets d’autobus ont été modifiés pour s’adapter à la demande actuelle. Ainsi, les circuits répondent mieux aux besoins de la communauté et le concept « Circuit central » signifie que le système fonctionne mieux, au même coût. Les remboursements de la taxe sur l’essence ont aidé à l’achat de nouvel équipement plus éconergétique pour la flotte de véhicules. Nous pouvons maintenant offrir un service plus tôt en semaine et un service amélioré le dimanche, faisant ainsi augmenter de façon marquée le nombre d’usagers.   

Tant de merveilleuses initiatives ont lieu actuellement au sein de multiples services. Elles portent notamment sur les domaines suivants :  

- la participation à MINExpo;

- le fonds de développement économique communautaire;

- le Fonds catalyseur;

- le programme annuel Entreprise en démarrage Plus; 

- un partenariat dans l’espace d’incubation;

- le Fonds de développement du tourisme;

- la cinématographie;

- les subventions de fonctionnement pour les arts et la culture;

- la stratégie des zones d’emploi;

- le plan d’action pour la relance économique de l’après-COVID-19.

Nous savons qu’il existe d’autres possibilités que la Société de développement du Grand Sudbury, les Services du développement économique, le secteur touristique et le Centre régional des affaires recherchent activement.

L’adoption des véhicules électriques fera augmenter la demande de nickel et d’autres minéraux essentiels et stratégiques provenant du bassin de Sudbury. Dans un récent article du Financial Times, on indiquait que « les mineurs sont engagés dans une course au nickel alors que la révolution de la voiture électronique se prépare. Nous sommes prêts pour la croissance et la prospérité à venir.

Nous ne pouvons nous concentrer sur les cycles électoraux et nous ne l’avons pas fait. Notre conseil travaille fort afin d’être le meilleur et de faire ce qu’il y a de mieux. Nous travaillons de façon collaborative afin de nous attarder davantage qu’aux enjeux du moment.

Nous planifions en pensant à aujourd’hui, à demain et surtout pour bien des années. Nous faisons des investissements. Des investissements intelligents en votre nom. Reconnaissons que Sudbury est bien plus qu’on s’imagine parfois et certainement davantage que ce que le monde extérieur s’imagine.

Notre population de 160 000 personnes est diversifiée, tandis que notre économie est dynamique et florissante. Nous avons bien des choses à célébrer. Je suis fier que le Grand Sudbury soit chez moi. Je suis certain que vous l’êtes aussi.

Je remercie encore la Chambre de commerce d’avoir été l’hôte de cette présentation et je vous remercie de l’avoir visionné.

Oui, nous sommes le Grand Sudbury. Un grand ensemble!