État de la ville 2019

État de la ville 2019 (pdf 234 ko)

Seul le discours pronounce fait foi

Good afternoon everyone and welcome. Bonjour et bienvenue. Annii.

Voici mon 5e discours sur l’état de la Ville à titre de votre maire – et je suis si content d’être de retour ici... avec vous tous encore une fois.

Avant de commencer, je tiens à reconnaître les terres territoriales du traité Robinson-Huron partagées avec les gens des Premières nations Atikameksheng Anishnawbek et Wahnapitae, et le peuple métis.

C’est tout un honneur pour moi d’être le 1er maire de l’histoire de notre Ville fusionnée à se faire réélire.

Je veux remercier Lori, ma femme, qui a été à mes côtés à chaque étape - pendant deux élections et d’être ici aujourd’hui.

Je veux aussi remercier les commanditaires de l’activité d’aujourd’hui, soit le CN, Eastlink et Plan A.

Sans eux, Debbi et la Chambre de commerce du Grand Sudbury n’auraient pas été en mesure d’organiser une activité de cette envergure d’année en année.

À tous mes collègues au sein du Conseil municipal et à tous les membres du personnel de la Ville qui travaillent dur ici présents, cela me fait vraiment plaisir de poursuivre notre travail ensemble tandis que nous faisons progresser notre ville.

Et pour commencer... après quatre années... je prends quelques instants pour nous vanter... de ce que nous sommes parvenus à accomplir… et pour mentionner là où nous nous dirigerons, selon moi.

Nous avons réalisé de grands progrès…

Nous sommes réellement dans un excellent endroit où vivre, investir, croître et prospérer.

Nous sommes la ville la plus heureuse du Canada.

Au cours de la dernière année, nous avons été nommés… la deuxième ville la plus abordable en Ontario.

Selon l’organisation Youthful Cities et la Banque Royale, nous sommes la quatrième meilleure ville dans tout le Canada où les jeunes peuvent travailler en fonction de notre abordabilité, de notre accès aux activités de loisir et de nos occasions de créer des entreprises.

Au cours des quatre dernières années... nous avons fait une planification, exécuté des travaux de construction et connu une croissance…

Et, à présent, nous avons une vision.

Une vision de la façon dont nous voulons guider notre ville... développer notre économie et contrôler la façon dont la Ville dépense votre argent…

Une vision qui améliore les services et qui se concentre sur la qualité de vie et sur la qualité de notre environnement pour tout le monde dans le Grand Sudbury.

Comme le veut le dicton : « L’important, c’est l’économie. » Mais, je dis plutôt : « L’important, ce sont les gens. »

Les villes et les industries de l’avenir se fondent sur l’expertise.

Nous avons la plus grande concentration d’expertise en matière d’extraction minière souterraine en roche dure au monde.

Le tout, tandis que les transports et l’industrie passent des combustibles fossiles aux technologies électriques à batterie qui nécessitent du nickel, du cuivre, du cobalt et du lithium, tous des métaux extraits dans notre ville et dans le nord de l’Ontario.

Tandis que les communications et l’automatisation continuent à faire des progrès à l’échelle mondiale, des mines n’importe où autour du monde seront exploitées par l’entremise de salles de commande se trouvant à Copper Cliff ou à Onaping.

Ce sera une importante partie de l’avenir de notre ville.

Nous faisons notre promotion auprès du monde entier et le monde le reconnaît.

Nous sommes en train de croître et de murir à titre de destination internationale.

Ce phénomène est soutenu par nos excellentes et prospères compagnies de services et d’approvisionnements miniers… qui sont en expansion dans le Grand Sudbury… et qui œuvrent dans des dizaines de pays sur chaque continent.

Nous devons continuer à attirer et à maintenir sur place les personnes les meilleures et les plus brillantes de l’industrie minière comme partie croissante de notre centre d’expertise mondial.

Heureusement, on nous a reconnus comme une ville importante et accueillante en matière d’immigration par l’entremise du Programme pilote d’immigration dans les communautés rurales et du Nord, de même que des initiatives d’immigration de francophones du gouvernement fédéral.

Notre stratégie de perfectionnement de la main-d’œuvre… fonctionne.

Mais, pour parvenir à ces résultats… il a fallu beaucoup de travail.

Lorsque je suis devenu maire en 2014... notre économie comportait un taux de chômage de plus de 6 %.

En fait, nous avons atteint un maximum d’environ 8,6 % en mai 2016.

C’était une période difficile pour notre communauté.

Mais, comme nous le savons tous… nous sommes à la fois résilients et débrouillards…

Et, comme notre communauté l’a fait maintes et maintes fois, nous avons trouvé le moyen de faire les choses… et nous avons réussi à connaître le succès.

Et il est important que je mette l’accent sur ce point :... il A FALLU un effort communautaire pour y arriver.

À la même époque l’an dernier… nous nous trouvions juste sous les 7 % de chômage. 

Et à présent, nous sommes en bonne posture…

Les données disponibles les plus récentes en matière de main-d’œuvre montrent que le taux de chômage du Grand Sudbury se chiffrait à 5,1 %.

C’est le niveau le plus bas depuis août 2008 et l’un des plus bas que notre communauté ait jamais connu.

Notre économie locale est prospère.

En fait... depuis mai 2019... nous avons été la 4e communauté connaissant la plus forte croissance dans tout le Canada quant à l’emploi.

Ce sont des nouvelles vraiment fantastiques.

Il est évident que... ce que nous faisons... nous le faisons bien.

Peu de gens pourraient le savoir... mais, selon le Recensement de 2016 et le rapport rédigé par la société Hemson, nous sommes la seule municipalité du nord de l’Ontario dont on prévoit la croissance.

Mais, notre succès… le succès que le Grand Sudbury connaît aujourd’hui… n’a pas commencé par la prise de mesures…

Il a commencé par l’écoute.

De la Vallée... à Lively... en passant par Chelmsford et Lo-Ellen... nous avons entendu ce que des gens disaient.

Ils disaient qu’ils ne recevaient pas le service qu’ils voulaient de la part de l’hôtel de ville. Ils se sont plaints des communications.

Par conséquent, l’automne dernier, notre Ville a approuvé la 1re stratégie globale de service à la clientèle.

Qu’est-ce qu’elle veut dire pour vous?

Cela veut dire l’établissement de normes comme des délais de réponse de deux jours pour tous les courriels et les appels au personnel de la Ville, ainsi que des améliorations au service 311 pour répondre à plus de questions dès le premier point de contact.

Tout de suite après le début de mon deuxième mandat... j’ai réalisé ma promesse de travailler avec les personnes qui prennent part à l’effort de faire croître et prospérer le Grand Sudbury et d’en faire une ville meilleure et plus moderne.

Mais, pour ce faire, il fallait écouter les experts… et apprendre la façon dont nous pouvions travailler ensemble.

À l’heure actuelle, j’ai déjà tenu deux… réunions de développement... qui sont maintenant prévues chaque trimestre.

J’ai rencontré jusqu’à 40 investisseurs, promoteurs immobiliers locaux et représentants de compagnies de construction pour connaître directement d’eux les enjeux auxquels ils faisaient face.

Ces personnes font des travaux de construction et d’aménagement dans chaque partie de la Ville.

Ces réunions ont été révélatrices.

Il est clair que nos politiques doivent être remaniées et que notre approche doit être adaptée.

Et nous avons déjà réalisé de grands progrès à cet égard.

Tout d’abord, les personnes qui investissent de l’argent durement gagné ne devraient pas être celles qui doivent faire les démarches pour parler aux membres du personnel municipal.

C’est pourquoi nous avons affecté un agent de liaison du personnel pour servir de point de contact pour aider les promoteurs immobiliers à composer avec le processus.

Nous avons modifié le processus de réception et d’examen des premières demandes d’aménagement par l’équipe d’examen des demandes en matière de planification de Sudbury afin de mieux servir les personnes qui veulent investir et aider notre Ville à croître.

Lors de la plus récente élection et pendant mon inauguration… j’ai promis à chaque résidente ou résident de notre Ville que je mettrais tout en œuvre pour faire en sorte que notre Ville soit ouverte au monde des affaires.

Et, il y a juste deux semaines… nous avons réformé nos règlements municipaux relativement aux redevances d’aménagement.

Bien que... les redevances d’aménagement aient été une solution pour bon nombre de municipalités qui connaissaient une importante croissance.

Nous n’en sommes pas encore là.

Soyons clairs. Les redevances d’aménagement ont un but escompté et peuvent être utilisées efficacement et stratégiquement.

Cela dit, bon nombre de personnes m’ont dit que les redevances d’aménagement ont empêché un certain nombre de projets d’aller de l’avant et ont forcé la diminution de l’envergure d’autres projets.

C’est tout simplement inacceptable pour une ville qui veut croître.
Et je suis fier que le Conseil municipal ait soutenu mes efforts et ait voté pour réduire les redevances d’aménagement de 50 %.

Cela stimulera la croissance.

Nous attirons aussi… des personnes dans le centre-ville… notre plan de rajeunissement du centre-ville.

Le fait est… qu’à titre de Ville, nous devons faire notre part pour stimuler l’investissement et la croissance du secteur privé pour ajouter à nos propres investissements.

Et c’est ce que nous faisons... lorsqu’on regarde la promenade Maley et la RM 35 ainsi que des biens communautaires comme La Jonction, La Place des arts et le District de divertissements du Kingsway. 

Nous investissons des centaines de millions de dollars dans les immobilisations.

Nous savons tous que le Grand Sudbury est un excellent endroit où faire des affaires et investir. Et, en tant que Conseil municipal, nous mettons tout en œuvre pour attirer des entreprises ici.

Je connais au moins une compagnie qui déménagera ici au cours des prochains mois et nous sommes très enthousiasmés à voir cela arriver.

Nous travaillons ensemble… les secteurs privés et publics… à faire croître notre Ville.

En plus des promesses que j’ai faites pour encourager la croissance et le développement à l’appui de notre économie locale, je crois fermement que nous devons changer la façon de faire à la Société de développement du Grand Sudbury.

Nous savons tous qu’il y a eu beaucoup de conversations au sujet de ma motion et nous avons discuté de ce sujet avec les autres membres de la SDGS au sein du Conseil municipal.

Le Conseil municipal doit rendre des comptes aux électeurs dans notre Ville et, en fait, le Conseil municipal prend déjà les décisions en matière de finances et d’investissements… alors, permettez-moi d’être clair.

J’aimerais remercier le conseil d’administration de leur dur travail. Nous lui en sommes très reconnaissants et cette communauté compte beaucoup, beaucoup de bénévoles travailleurs qui nous donnent un coup de main chaque jour.

J’ai demandé le report de ma motion pour donner l’occasion au personnel, ainsi qu’à la SDGS, de présenter un rapport au Conseil municipal sur une nouvelle structure de gouvernance et de ses caractéristiques.

Bon, je sais qu’il y a certaines personnes qui ont exprimé bien fermement leur opinion de ma proposition. Et je comprends.

Mais, je veux vous dire que pour moi, il s’agit de rehausser le développement économique et de nous permettre d’être plus agiles.

C’est pourquoi j’ai choisi de reporter la décision à septembre.

Cette période permettra au personnel de fournir des renseignements au Conseil municipal sous forme de rapport, assortis d’un mandat, sur les caractéristiques d’un cabinet et son fonctionnement.

Je ne vais pas m’excuser de toujours chercher de nouvelles façons de veiller à ce que nous soyons des champions de notre ville.

Mais, faire partie d’une communauté et diriger une Ville, cela ne peut pas se limiter à équilibrer le budget.

J’ai aussi promis d’aborder la question de la sécurité communautaire...

Pendant la campagne électorale, j’ai entendu ce que pensaient bon nombre de propriétaires d’entreprises et de résidents concernant l’enjeu de la sécurité dans notre centre-ville.

J’ai expliqué cet enjeu pendant l’élection parce qu’il a un impact sur les propriétaires d’entreprises et qu’il décourage les résidents qui veulent faire du magasinage...

accéder à des services ou apprécier l’excellente cuisine dans la région et aussi le tourisme.

J’ai été très content d’apprendre que le chef Pedersen affectera plus d’agents de police au centre-ville.

Nous avons plus de personnes qui patrouillent dans la rue et...

C’est un grand pas afin de régler certains des problèmes auxquels on fait face dans le secteur, mais nous savons que nous avons encore beaucoup de pain sur la planche.

Et cela comprend le travail essentiel de notre stratégie communautaire en matière de drogue.

La réalité, c’est… que, dans notre communauté…

Nous faisons face à une crise de la drogue... de même qu’au sans-abrisme.

Nous prenons des mesures concrètes avec le programme d’accès coordonné, la stratégie Le logement avant tout et le Réseau des sans-abri pour trouver des options durables en matière de soutien et de logement appropriés pour les personnes dans le besoin.
En travaillant ensemble avec des organismes dans l’ensemble de la communauté, nous sommes à présent plus en mesure de rassembler divers services et d’offrir une façon de faire part des renseignements sur les personnes... de sorte qu’elles reçoivent la gamme complète de services d’aide.

Il s’agit d’une véritable crise qui a un impact sur les gens d’un bout à l’autre de notre pays.

Et, comme je l’ai dit, le sans-abrisme constitue une crise communautaire et il nécessitera une intervention communautaire.

Un parfait exemple de cette intervention communautaire se trouve au 199, rue Larch.

Avec l’aide de la Ville et sa capacité de fournir cet espace, et d’un solide partenaire entre la Ville, l’ACSM, le gouvernement provincial et la Sudbury District Nurse Practitioner Clinic, nous construisons un établissement qui nous permettra de donner à nos citoyens les plus vulnérables un meilleur accès aux services et une chance de vie meilleure.

Nous serons bientôt en mesure d’accueillir le refuge Off the Street Shelter, 15 appartements avec services de soutien pour les personnes inscrites au Programme de gestion de la consommation d’alcool, un lieu de guérison pour autochtones et une clinique de la Sudbury District Nurse Practitioner Clinic dans ces locaux partagés.

Nous serons aussi en mesure de mieux aborder certaines des préoccupations en matière de sécurité qu’ont les résidents dans notre centre-ville en abordant des enjeux comme l’amélioration de l’éclairage, l’ajout de caméras de surveillance et le fait de s’assurer que des choses comme des seringues sont ramassées et tenues loin du public.

C’est une façon vraiment novatrice d’être en mesure de fournir des soins aux personnes dans le besoin dans le Grand Sudbury et elle servira de pièce essentielle de l’infrastructure sociale et sanitaire pendant des décennies à venir.

À présent, je veux parler d’un autre genre d’infrastructure.

En particulier, nos routes. Sur lesquelles nous comptons chaque jour.

Je comprends les préoccupations que vous exprimez tous et je sais que nous devons adopter une nouvelle approche… si nous voulons parvenir à éliminer graduellement notre déficit infrastructurel.

Nous avons réalisé des progrès et le Conseil municipal a augmenté l’investissement dans les routes.

Nous faisons des appels d’offres d’une valeur approximative de 71 M$ en projets d’immobilisations routières cette saison.

En plus de cela...

Nous avons aussi reçu 10 M$ supplémentaires provenant de la taxe sur l’essence du gouvernement fédéral qui sera consacré à des projets routiers, dont celui du Kingsway.

Tout cela pour dire qu’il s’agira d’une saison de construction extrêmement occupée.

De Capreol à Chelmsford jusqu’à Coniston...nous devons faire mieux… nous le savons tous.

Et… nous devons explorer de nouvelles options, de nouvelles méthodes et de nouveaux processus pour remettre en état nos routes.

Un de ces processus… et il est prometteur… s’appelle...

l’asphalte recyclé sur place à chaud.

Ce processus réutilise l’asphalte que nous, contribuables, avons déjà payé.

Au lieu de payer le coût de l’enlèvement du vieil asphalte.

Et puis, de payer le nouvel asphalte.

Nous recyclerons essentiellement l’asphalte de nos routes et...

grâce à ce processus, nous prolongeons la vie utile de nos biens existants.

Il s’agit d’un processus qu’on utilisait jusqu’en 2003 en Ontario et qui est encore utilisé dans l’ensemble de l’Amérique du Nord...

Y compris des endroits comme la Colombie-Britannique qui connaissent aussi des périodes hivernales très difficiles.

Le MTO a recommencé à l’utiliser… et nous sommes en train de l’examiner avec les ingénieurs de notre Ville.

Si cela fonctionne... ce processus pourrait faire réaliser des économies d’environ 40 % du coût de ce que nous payons à l’heure actuelle pour réparer bon nombre de nos voies artérielles.

Pensons aux effets d’entraînement…

Nous pourrions réinvestir les économies réalisées dans la réparation de plus de nos routes...

De fait, cela abordera notre déficit infrastructurel...
 
Ce qui donnera aux automobilistes… et à nous tous... l’aide que nous avons tous demandée.

Et… c’est mieux dans l’ensemble pour l’environnement.

Je crois vraiment que cela pourrait s’avérer une occasion en or pour notre communauté d’aborder ses problèmes routiers. 

Nous affectons certaines sommes pour en faire l’essai cette année et...

si mon souhait se réalise… faire part du succès de l’asphalte recyclé sur place à chaud se retrouvera dans le discours sur l’état de la Ville l’an prochain.

Et comme j’en arrive à la conclusion… la dernière partie du discours sur l’état de la Ville est un chapitre que nous devons tous reconnaître.

Les impacts du changement climatique sont réels et la Ville du Grand Sudbury prend cette situation très au sérieux.

Ensemble – nous avons voté à l’unanimité pour aborder cette situation.

Nous constatons l’impact que des choses comme des phénomènes météorologiques extrêmes ont sur notre infrastructure, nos bâtiments, notre tourisme et nos services d’urgence, entre autres.

Les résidents du Grand Sudbury sont très fiers de notre environnement; cela, c’est certain.

Et tout comme nous l’avons fait au cours des quatre décennies précédentes pour le programme de reverdissement de renommée mondiale dans le cadre duquel plus de 10 millions d’arbres ont été plantés… il va falloir un effort d’envergure communautaire pour veiller à ce que notre Ville, nos maisons, notre milieu naturel et notre bien-être soient protégés et résistants.

Nous avons un certain nombre de plans que nous menons à bien et qui visent à réduire nos propres émissions de gaz à effet de serre et à nous préparer à nous adapter aux enjeux à venir en matière de changement climatique.

En fait, la Ville est en train de rédiger un plan énergétique et de réduction des gaz à effet de serre communautaire.

Ce plan a pour but de fournir de réelles stratégies menant à des mesures que nous pouvons prendre pour rendre notre communauté plus durable et moins dépendante de sources d’énergie externes et pour produire moins d’émissions nuisibles.

Notre Conseil municipal reconnaît clairement qu’une communauté peut avoir un important impact quant à devenir plus résistante au changement climatique...

En passant à une limite de 1 sac par semaine, nous améliorerons le réacheminement des déchets et prolongerons la vie utile de nos sites d’enfouissement.

En outre, parmi nos efforts, mentionnons la focalisation sur les transports, notamment le transport en commun, le cyclisme et l’accès accru à nos réseaux de sentiers dans l’ensemble de la communauté.

D’ici septembre... le plan d’action sur le transport en commun améliorera la situation pour atteindre bon nombre de cibles environnementales.

Le transport en commun est seulement l’un des éléments de notre plan visant à changer la façon dont nous nous rendons d’un endroit à l’autre dans la communauté, au travail et à l’école, et ce, à l’heure.

Une excellente prochaine étape… les travaux de construction sont censés débuter dans le cadre de l’un des projets de cyclisme les plus ambitieux de la Ville jusqu’ici, soit la voie cyclable Paris-Notre Dame – elle ira des Quatre-Coins au boulevard Lasalle. Ce sera une forme sécuritaire et respectueuse des cyclistes.

Une fois achevée, celle-ci offrira aux cyclistes une voie séparée, continue, bien conçue et confortable pour se déplacer, ce qu’on n’a jamais encore vu dans notre communauté.

Il est important de se souvenir que dans tous nos efforts, nous travaillons à relier entre eux tous les systèmes, dont le transport en commun, le cyclisme et les sentiers pédestres pour permettre les déplacements sans interruption et une ville plus moderne.

Enfin… et, comme je l’ai dit maintes et maintes fois… notre Ville connaît le succès à cause du travail d’équipe. Notre Conseil municipal se compose de moi et de 12 conseillers qui travaillent dur, qui sont très dévoués et qui donnent tant d’eux-mêmes, de leur temps et de leur famille... le tout pour que la Ville que nous aimons tous en bénéficie.

Mais, nous ne pouvons pas y arriver seuls.

L’investissement de la part du secteur privé fera croître notre Ville et notre économie.

L’attraction et le maintien sur place de personnes s’avéreront essentiels. Nous y parviendrons en créant l’environnement et la ville où tout le monde veut vivre.

Mes amis... l’état de notre Ville… est franchement le meilleur qu’il a été depuis longtemps.

C’est le résultat d’un effort commun. 

C’est seulement ensemble que nous pouvons l’améliorer… et ce, pour tout le monde.

Thank you.  Chi-migwetch Merci… passez un bel été.